Mobilite.eco > Blog > La mobilité durable pour contribuer à la neutralité carbone

Retour

La mobilité durable pour contribuer à la neutralité carbone

Mobilite.eco positionne la réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) de ses clients comme un élément central de sa proposition de valeur. Notre mission est de promouvoir un changement dans notre façon de nous déplacer au quotidien en adoptant la mobilité durable. Nous nous inscrivons ainsi dans une démarche globale de contribution à l’atteinte de la neutralité carbone.

5 minutes de lecture

Qu’est-ce que la neutralité carbone ?

Un impératif pour limiter le réchauffement climatique

Selon le dernier rapport du Giec, la terre s’est réchauffée en moyenne de + 1,09°C depuis la période pré-industrielle (1850). Le changement climatique affecte déjà le monde entier. Les événements climatiques extrêmes deviennent de plus en plus fréquents et impactent nos économies. Pour limiter le réchauffement climatique en deçà des 2°C, atteindre la neutralité carbone dès le milieu du 21ème siècle est impératif.

Cet objectif est repris par l’Accord de Paris de 2015 et cadre l’ensemble des stratégies nationales des 195 États signataires, dont l’Union Européenne. Cette dernière a d’ailleurs tout récemment relevé ses objectifs de baisse des émissions GES pour les porter d’une réduction de 40% à 55% à l’horizon 2030. L’Europe, qui ambitionne de devenir le premier continent neutre en carbone, a également rendu l’objectif de neutralité carbone en 2050 juridiquement contraignant pour ses États membres. Seuls cinq pays européens se sont fixés un objectif de neutralité carbone : la Suède en 2045, le Danemark, l’Allemagne, la Hongrie...et la France, via sa Stratégie Nationale Bas Carbone d’ici 2050.

Mais qu’est-ce que la neutralité carbone ? Selon l’Ademe, “la neutralité carbone vise à contrebalancer, à l'échelle du globe, toute émission de gaz à effet de serre (GES) issue de l’activité humaine par des séquestrations de quantités équivalentes de CO2, c’est-à-dire leur maintien en dehors de l’atmosphère sur le long terme.” C’est donc un équilibre à atteindre entre les émissions de GES d’origine humaine et leur retrait de l’atmosphère par l’homme. Il s’agit de stabiliser la concentration des différents gaz à effet de serre dans l’atmosphère et limiter ainsi le réchauffement climatique et ses conséquences. Mais en France, notre rythme d’avancée est encore insuffisant et nous allons devoir revoir à la hausse nos objectifs pour nous conformer à l’ambition européenne. Pour ce faire, deux leviers peuvent être activés : réduire drastiquement les émissions de GES et augmenter la capacité des puits biologiques (forêts, sols, océans) à séquestrer le CO2.

Qu’est-ce que la mobilité durable ?

Une mobilité plus respectueuse de l'environnement

Le secteur des transports en France est le premier contributeur aux émissions territoriales de GES, avec une part de 31 % en 2019 (Haut Conseil pour le Climat). La moitié de ces émissions sont dues à l’usage de la voiture individuelle !

Émissions territoriales en France
Émissions territoriales en France - Inventaire CITEPA Ed 2021

Les émissions du secteur ont stagné en 2018 et 2019. En dehors de l’effet COVID, qui a entraîné une baisse conjoncturelle des émissions liées aux transports, il nous faudrait multiplier par cinq notre rythme de réduction pour espérer respecter le budget posé pour le secteur par la SNBC !
C’est dans cette optique que le Forfait Mobilité Durable a été prévu par la Loi Orientation Mobilités Durables en 2019 pour inciter les collaborateurs à adopter une mobilité durable sur leur trajet entre leur domicile et leur lieu de travail (comme nous le détaillons dans l’article La mobilité durable sur le trajet domicile travail).

La mobilité durable peut s’entendre tout autant comme un mode de transport dont l’impact sur l’environnement sera moins important, et notamment dont les émissions de GES seront réduites, que comme une politique d’aménagement d’un territoire ou d’urbanisation visant à inciter à l’usage de tels moyens de se déplacer. Ainsi, la mobilité durable met en avant des moyens actifs, qui, non seulement polluent moins, mais agissent également en termes de prévention santé. Il s’agira du vélo, électrique ou non, de la marche, ou encore de la trottinette. La mobilité durable comprend également l’usage collectif des modes de transports, comme l’autopartage, le covoiturage ou les transports en commun.

Le concept de mobilité durable dérive du concept de développement durable, à savoir comment envisager une mobilité, à l’échelle d’un individu, d’une organisation, d’un territoire, propre à être soutenable d’un point de vue environnemental, social et économique, sans entraver la liberté de se déplacer de chacun. Comme nous l’avons détaillé dans notre manifeste pour une mobilité durable, nous avons choisi de nous concentrer sur ce sujet. La solution Mobilite.eco propose ainsi aux entreprises de créer des campagnes d’incitation à la mobilité durable qui aident les salariés à changer leurs comportements en fonction des options possibles pour eux.

Qu’est-ce que cela veut dire pour votre entreprise ?

Plusieurs conséquences concrètes !

Tout d’abord, une entreprise ne peut pas atteindre, à son niveau, la neutralité carbone ! De même, elle ne peut pas se targuer de proposer un produit ou un service qui serait neutre en carbone.

Pourtant la notion de neutralité carbone est de plus en plus présente dans la communication des entreprises qui ont un impact évident dans le réchauffement climatique. Les messages de multiplient, sans cadre, et sans toujours maîtriser les tenants et aboutissants. La communication pour les entreprises n’est pas simple, et les démarches sont souvent critiquées. L’Ademe a rendu un avis très clair sur le sujet, l’objectif de neutralité carbone n’a de sens qu’à l’échelle de la planète.

En revanche, les entreprises peuvent valoriser leur engagement pour contribuer à atteindre globalement cet objectif ! Et pour ce faire, se mobiliser et mettre en place des actions visant une réduction de leurs émissions, et la séquestration de carbone quand elles le peuvent. Ainsi, dans le cadre de notre recherche des meilleures pratiques nous avons identifié le référentiel Net Zero Initiative (NZI). Il s’agit d’un référentiel développé par la société Carbone 4 début 2020, qui décrit et organise la contribution des entreprises à la neutralité carbone globale.

Schéma explicatif du référentiel NZI de Carbone 4
Référentiel Net Zéro Initiatives - Carbone 4

Dans le cadre du référentiel, les réductions d’émissions et les absorptions sont deux choses différentes et doivent être comptabilisées de manière différente. Les « émissions évitées » sont alors séparées en deux catégories :

  • celles qui correspondent à une réelle baisse absolue du niveau d’émissions,
  • celles qui ne sont qu’une « moindre augmentation » par rapport à la situation initiale.

Le financement de projet peut permettre de valoriser des émissions évitées ou négatives, mais ne peut « annuler » les émissions opérationnelles de l’entreprise. Si elles peuvent mettre en place des actions pour réduire leurs émissions directes (consommation d’énergie fossile, etc…), les entreprises peuvent contribuer également à réduire leurs émissions indirectes, souvent significatives ! En particulier les émissions indirectes liées aux trajets domicile-travail et aux déplacements professionnels !

La solution Mobilite.eco propose ainsi un assistant permettant de calculer le volume d’émissions que représentent ces déplacements de salariés. Avec notre solution, une entreprise peut alors se fixer des objectifs ambitieux, mais réalistes, et piloter dynamiquement l’impact de ses campagnes pour une mobilité durable.

Se mettre en action

Mobilite.eco permet aux entreprises de contribuer globalement à la diminution des émissions de GES.

Mobilite.eco permet aux organisations d’agir concrètement sur les trois piliers du référentiel NZI.

Soit directement, comme sur le pilier A “je réduis mes émissions de GES”. Notre plateforme de gestion vous permet de mettre en œuvre très facilement le Forfait Mobilité Durable. Dès les premiers trajets effectués, il vous sera possible d’obtenir grâce à l’application des certificats de financement de CO2 évité de la part de vos collaborateurs. Vos contributions sont enregistrées sur une blockchain conçue de façon à limiter son impact, et sont comptabilisées de manière distinctes, donc strictement non-combinables entre eux : ni additionnables, ni soustrayables comme le recommande les auteurs du référentiel.

Soit indirectement, comme sur le pilier B “je réduis les émissions des autres”. En effet, il sera très bientôt possible, via la plateforme, de participer aux financements des campagnes d’incitation à la mobilité durable dont la portée va au-delà de votre propre organisation. Vous pourrez ainsi participer aux campagnes à destination des collaborateurs de vos partenaires ou encore des entreprises de votre territoire.

Enfin, par le biais de SmartB (lien en anglais), sa maison mère, Mobilite.eco fait partie d’un écosystème plus large d’acteurs qui œuvrent pour une économie pilotée par l’impact, notamment en contribuant à des projets de séquestration de CO2 par des forêts, soigneusement sélectionnés pour leur impact sur la biodiversité et sur le bien vivre des populations locales. Vous agissez ainsi, de façon indirecte, sur le pilier C “j’augmente les puits de carbone”.

Pour aller plus loin !

Stratégie contribuant à la neutralité carbone

Pour aller plus loin sur la mise en œuvre d’une stratégie contribuant à la neutralité carbone, il est recommandé de réaliser un bilan d'émissions de gaz à effet de serre (Bilan GES) global ou de mener une étude approfondie sur son impact global en termes de mobilité.

Mobilite.eco intervient ensuite comme une solution concrète de mise en œuvre pour mesurer votre potentiel de réduction sur la mobilité domicile-travail, fixer des objectifs ambitieux et piloter dynamiquement l’impact de cette mobilité dans le temps.