Mobilite.eco > Blog > Changer pour une mobilité plus durable : retour d'expérience

Retour

Changer pour une mobilité plus durable : retour d'expérience

Lauréate de l'appel à projet Urban Lab 2019, la solution Mobilite.eco a permis d’expérimenter, pendant 18 mois, le changement vers une mobilité plus durable à l’échelle du quartier de la Porte de la Chapelle à Paris.

5 minutes de lecture.

Pourquoi cette expérimentation pour une mobilité plus durable ?

Valider en conditions réelles qu'il était possible de faire évoluer les comportements

Avec les deux tiers de la population mondiale, les grandes métropoles concentrent l’ensemble des enjeux de la transition : qualité de vie, préservation des ressources, sobriété énergétique, inclusion, protection du vivant,…Mobilite.eco par sa proposition de valeur, cherche à augmenter la résilience des territoires urbains en se focalisant sur un usage spécifique : celui de la mobilité durable sur le trajet domicile-travail.

L'application a été conçue pour faciliter la mise en œuvre du Forfait Mobilité Durable, par les entreprises et les collectivités, dans le cadre de la Loi d'Orientation des Mobilités (LOM), dès 2020. Cette approche est rendue possible par une blockchain , conçue et maintenue par SmartB (lien en anglais) pour en limiter l'impact. Elle permet de produire des actifs numériques à partir des preuves d'impacts positifs produits par les utilisateurs. Ces preuves fournissent la traçabilité nécessaire à des financeurs souhaitant investir pour préserver l'environnement et voulant s'assurer de l'impact réel impliqué par leurs financements.

Partenaire de Mobilite.eco, l’Urban Lab est une plateforme unique regroupant l’ensemble de l’innovation urbaine de Paris&Co, l’agence de développement économique et d’innovation de Paris et de sa métropole. “Son objectif : accélérer le passage à l’action, la co-construction entre acteurs et le déploiement de solutions qui ont fait leurs preuves.”

L’Urban Lab nous a permis de tester en conditions réelles notre dispositif innovant sur nos segments de marché visés. Il s’agissait pour nous de valider l’adéquation de la solution avec le besoin de changement de comportements des habitants, à l’échelle d’un quartier, en matière de mobilité entre le domicile et le lieu de travail. Les individus impliqués dans l’expérimentation allaient-ils percevoir l’importance d’utiliser une mobilité durable, c’est-à-dire un mode de déplacement moins polluant et émettant moins de gaz à effet de serre (vélo, marche, trottinette, covoiturage,...) ?

Une fois plus impliqués grâce à l’application Mobilite.eco, allaient-ils adopter des comportements plus responsables sur le long terme ? Quels sont les freins et les irritants entravant l’adoption d’une mobilité durable dans leur vie quotidienne ? La valeur effective de ce changement, une fois matérialisée grâce à l’application mobile, en serait-elle un catalyseur ? Nous voulions aussi tester les bénéfices à la fois pour les entreprises et pour les salariés.

cycliste
Changer de mode de déplacement pour une mobilité durable pour tous.

Le Quartier d’Innovation Urbaine Chapelle-s

Un quartier propice à l'expérimentation

Mobilite.eco a ainsi fait partie des 15 projets sélectionnés en 2019 (dont, entre autre, une solution de brumisateurs destinée aux arrêts de bus et de tramway, une solution vidéo pour la détection de pollutions aquatiques, un matériau innovant et esthétique réalisé à partir de déchets plastiques,...) pour être testés dans le quartier d’innovation urbaine Chapelle-s, situé à Porte de la Chapelle à Paris.

Pourquoi le quartier de la Porte de la Chapelle ? Il s’agit d’un quartier comptant tout autant sur une jeunesse dynamique et cosmopolite, que sur son passé industriel. Débordant hors des frontières de Paris, ce secteur présente de nombreuses liaisons routières, ferroviaires et fluviales. En pleine mutation, la vie du quartier est riche d’innovations et d'initiatives comme Chapelle Charbon ou le Cargo.

Carte du quartier de Porte de la Chapelle
Carte du quartier de Porte de la Chapelle

Les conditions de l’expérimentation

Un contexte riche d'apprentissage

L’expérimentation a démarré en janvier 2020 et s’est finalisée en juin 2021. La période a été marquée tout autant par un contexte défavorable que par des incitations positives :

  • La crise de la COVID 19 et les limites imposées aux déplacements a fortement impacté les résultats du projet.
  • La réglementation concernant le Forfait Mobilité Durable a évolué durant cette période. Même si celui-ci reste facultatif pour les entreprises, cela a créé un contexte favorable pour notre projet. Ainsi en mai 2020, le décret d'application de la Loi d'Orientation des Mobilités a été voté, permettant une rémunération forfaitaire non chargée à hauteur de 400 € par an dont pouvaient bénéficier les salariés utilisant leur vélo, ou toute autre mobilité durable, pour venir au travail. Ce montant a été augmenté jusqu'à 500€ à partir du 1er janvier 2021.

Dans le cadre de l’expérimentation, seuls les trajets en vélo devaient être pris en compte, et seuls les collaborateurs des entreprises intégrées au dispositif d’Urban Lab pouvaient en bénéficier. Ces entreprises pouvaient financer leurs campagnes d’incitations créées au sein de l’application Mobilite.eco via la mise en place du Forfait Mobilités Durables, ou via des dispositifs déjà existants dans leur organisation. Mobilite.eco avait prévu un accompagnement particulier pour ces équipes.

Nos hypothèses pour l'expérimentation

Comment favoriser la mobilité durable ?

  • L'implication de la direction de l'entreprise : la mise en œuvre d'un plan de mobilité ou d'une démarche de mobilité durable doit être décidée par la direction, et revêtir un intérêt stratégique afin que l'organisation toute entière s'implique dans la mise en œuvre du changement.
  • La communication en interne auprès des salariés : la mise en œuvre d’un dispositif d’incitation à la mobilité durable doit faire l'objet d'une négociation syndicale et/ou d'une communication aux salariés. Pour que l'accueil du dispositif soit favorable il est indispensable que les bénéfices pour les salariés et l'entreprise soient compris, clairement exposés et partagés par tous.
  • L’implication des salariés : une bonne communication à l'échelle de l'organisation ne garantit cependant pas l'adhésion des salariés. Un accompagnement dans la mise en œuvre du dispositif est nécessaire à la fois par les équipes de Mobilite.eco, mais aussi par les équipes internes. Cet accompagnement doit permettre d'engager progressivement les salariés dans l'utilisation de l'application pour favoriser l'adoption de nouveaux comportements.
  • La satisfaction des salariés : les salariés impliqués dans l'expérimentation doivent adhérer à la proposition de valeur de l'application et l'utiliser régulièrement. Cela suppose donc une valorisation de l'impact alignée avec l'incitation au changement de comportement, et une application simple à utiliser et conviviale.

Quels sont les résultats ?

Un engagement confirmé

L’expérimentation a été mise en place au sein d’une entreprise avec une équipe pilote. La pandémie de la COVID 19 a certes fortement réduit les possibilités de déplacement des salariés pendant les phases de confinement. Néanmoins cette période particulière a aussi révélé et encouragé de nouveaux comportements dans la façon de travailler et de se déplacer, pouvant être bénéfiques pour la mobilité durable (voir à ce propos notre article Mobilité durable, télétravail, état des lieux post covid). L’entreprise sélectionnée n’a pas pu mettre en place le Forfait Mobilité Durable comme prévu et les collaborateurs pilotes n’ont pas pu bénéficier d’une participation financière en récompense de leurs efforts.

10% des salariés de l’organisation se sont pourtant portés volontaires pour l’expérimentation ! Plus de la moitié (55%) des membres de l'équipe pilote ont été actifs régulièrement (soit plus de 2 trajets par semaine), ce qui au regard des conditions difficiles liées à la COVID 19, et à la durée de l’expérimentation (18 mois) peut s’interpréter comme un bon résultat. Les collaborateurs ont parcouru en moyenne 7,96 kilomètres en vélo pour chaque trajet. Ce résultat est cohérent avec la recommandation de l’Ademe prescrivant d’utiliser ce mode de déplacement pour des distances entre 3 et 10 kilomètres.

Pour quels enseignements ?

Que peut-on en apprendre ?

Au regard de cette expérimentation, quels enseignements peut-on en tirer pour conduire un projet de mobilité durable au sein de votre entreprise ?

Les facteurs de succès pour l’entreprise :

  • L’implication des partenaires sociaux s’est révélée déterminante pour le succès du projet dans l’entreprise embarquée dans l’expérimentation.
  • De même la phase préalable de test, permettant aux salariés et représentants syndicaux de valider la mise en œuvre du dispositif est essentielle avant de généraliser à l’ensemble de l’organisation. C’est pourquoi Mobilite.eco vous permet de vous engager dans votre première campagne gratuitement (voir nos tarifs).
  • Enfin, si l'incitation financière des salariés est critique pour favoriser le changement pour une mobilité durable (cf le point suivant sur les freins), cela n’est pas suffisant. Les collaborateurs ont exprimé le souhait de pouvoir bénéficier d’autres types d’avantages (par exemple d’une offre de services complémentaires) ou de pouvoir compléter leurs efforts par l’implication de l’entreprise dans des actions écologiques. Mobilite.eco devrait pouvoir prochainement intégrer ce type d’actions à son offre.

Les freins pour les collaborateurs :

  • L’absence d’incitation financière a réellement pénalisé l’adoption d’un mode de déplacement plus durable. Ce point se révèle absolument indispensable pour inciter et accompagner le changement. Le solution Mobilite.eco permet ainsi aux entreprises d’évaluer finement, en fonction du nombre de leurs salariés, et des distances domicile-travail, le meilleur mix de report modal et donc de rémunération. Elles peuvent également définir des critères précis de rémunération (par mobilité, par km, par trajet, montant maximum,...) afin de maîtriser leur budget.
  • L’ensemble des mobilités durables ne sont pas intégrées dans le dispositif du Forfait Mobilité Durable. Ainsi la marche, par exemple, n’est pas incluse dans la LOM. La réalité du terrain nous a démontré néanmoins l’usage prédominant de la multi modalité lors des trajets domicile-travail (par exemple, je vais à pied jusqu’à mon arrêt de bus, puis je prends mon bus, puis je marche de nouveau jusqu’à mon lieu de travail). Mobilite.eco permet la mise en place de campagnes intégrant plusieurs types de mobilités, dont la marche, ainsi que le télétravail.
  • La mise en place d'un système de détection de mobilité des personnes pour valider leur comportement vertueux et leur allouer une rétribution financière peut être perçue comme antinomique et court-termiste. Il est essentiel de présenter clairement l'objectif de la démarche : partager la valeur des actions positives, dans un contexte de coopération entre l'entreprise et ses salariés, pour répondre aux enjeux du changement climatique. L'argent échangé n'est pas une rémunération, c'est une aide financière destinée à compenser économiquement l’effort nécessaire pour changer les habitudes et dans une proportion encadrée.
  • Le manque d’engagement des collaborateurs sur le long terme peut être un risque perçu pour une entreprise. Mobilite.eco, grâce à son application et sa plateforme web permet aux organisations de créer des défis inter-services, propres à soutenir la mobilisation des collaborateurs. Et il sera bientôt possible d’organiser des campagnes d’incitation inter-entreprises !

A retenir

En résumé, pour que votre projet de mobilité durable fonctionne, il vous faut :

  • Avoir défini en amont un plan de mobilité avec des objectifs et un budget. Un soin particulier doit être apporté à la communication sur le pourquoi du projet et les résultats communs obtenus (coopération). Des ateliers de sensibilisation organisés avec les équipes de Mobilite.eco, comme la Fresque de la Mobilité, peuvent être menés afin d’accompagner le projet. Si vous êtes intéressés, n’hésitez pas à nous contacter.
  • Au-delà du cadre réglementaire, être attentif à définir des conditions d’applications spécifiques à votre implantation géographique, à la disponibilité d’équipements, et donc adaptées au contexte de vos salariés (disponibilité d’infrastructures et de transports publics, garage à vélo et/ou parking à vélo public, conditions météorologiques, vestiaire pour se changer…). Veiller à proposer une incitation financière suffisamment attractive, et ne pas hésiter à individualiser les incentives.
  • Obtenir un alignement de l’ensemble de vos parties prenantes, direction, collaborateurs, partenaires sociaux, sur le fait de mettre en place le Forfait Mobilités Durables. Il vous faut embarquer dans le projet les bonnes personnes : le top management, avec une volonté réelle de favoriser le changement de comportement et d'identifier les bons leviers à actionner, votre team pilote, dont les membres seront les ambassadeurs du projet en interne.
  • Libérer le temps nécessaire pour les personnes impliquées dans votre projet de mobilité durable : les équipes RH et/ou RSE, l’équipe pilote, sur la phase de démarrage (réunion de lancement, cadrage des objectifs,...), l’ensemble des collaborateurs pour les phases de sensibilisation. Organiser des points de suivi réguliers et ne pas hésiter à communiquer les résultats.